Le guide du link building et du SEO 2016

8 Déc, 2015 1 commentaire

link-building

Le link building peut-il vraiment être remplacé par le contenu marketing et l’acquisition de liens ? Le chroniqueur Andrew Dennis n’y croit pas. Nous vous proposons de découvrir pourquoi, dans cet article.

L’évolution du link building

Ce n’est pas la première fois que certains experts prédisent la mort du link building et du SEO, et l’année 2016 ne pourra y échapper. L’acquisition de liens a fait du chemin, depuis l’ère des méthodes spammy pré-Pingouin. En effet, avant l’avènement de cet algorithme, le link building n’était que spams et automations, et la quantité prévalait sur la qualité. Pingouin n’a pas été en mesure d’éradiquer toutes les méthodes spammy, mais la majorité des liens de mauvaise qualité ont été pénalisés et dévalués, ce qui a permis de nettoyer l’industrie du link building.

Google a affirmé que la nouvelle mise à jour de Pingouin (la version 4.0) devrait voir le jour à la fin de l’année, et devrait fonctionner en temps réel. Les liens ont toujours constitué un signal de positionnement important, ainsi que le cœur même de l’algorithme originel du moteur de recherche. Considérer de manière algorithmique un lien comme un vote de confiance est d’ailleurs ce qui différenciait Google des autres moteurs de recherche à l’époque, et qui le rendait meilleur et plus compétitif que ses concurrents.

Aujourd’hui, les liens restent cependant une entité puissante, car le géant de Mountain View continue de les considérer comme des signaux de référencement. Avec chaque mise à jour de Pingouin, et à chaque manipulation de l’équipe antispam de Google, le moteur de recherche souhaite améliorer la qualité de ce signal, en supprimant les techniques spammy, qui influencent la confiance de manière négative. Avec l’avènement de Pingouin en 2012, la plupart des professionnels de la sphère marketing ont commencé à se désintéresser du link building, pour différentes raisons :

  • Pingouin a dévalué les liens spammy, rendant l’acquisition de liens beaucoup plus ardue,
  • Pingouin a puni les sites de spam, plutôt que de les dévaluer, rendant les techniques spammy à haut risque,
  • Google n’a pas été clair, et n’a pas donné de détails sur ce qui poussait l’algorithme à infliger des pénalités. Cette désinformation a semé la peur, l’incertitude et le doute à l’égard des liens,
  • Les clients pénalisés par l’algorithme ont commencé à se méfier du link building, et les experts SEO, ainsi que les marqueteurs, ont tenté de mettre de la distance entre eux et cette pratique,
  • La popularité croissante du content marketing.

Tous ces facteurs ont créé un ouragan dans le monde du content marketing et du link building. La plupart des experts SEO ont alors perçu le marketing de contenu comme le remplaçant légitime du link building. Ceux-ci ont alors mis en place une technique naturelle, consistant à acquérir le plus de liens possible, grâce à du contenu de très grande qualité. Problème : aucun lien n’a été créé. En effet, gagner des liens de qualité nécessite des efforts manuels importants.

 Le content marketing ne remplace par le Link building (et cela ne changera pas en 2016)

 La théorie de l’acquisition de liens se base sur l’hypothèse que du contenu de qualité permet de générer des liens naturels, grâce à l’engagement sur les réseaux sociaux et à la vigilance des internautes. Cependant, une récente étude menée par BuzzSumo et Moz en montré qu’en réalité, ce n’était pas exactement le cas.

Cette enquête, au cours de laquelle plus d’un million d’articles ont été analysés, a prouvé qu’il n’existait en fait aucune corrélation entre le partage sur les réseaux sociaux et les liens. Il faut également garder à l’esprit que BuzzSumo a choisi des liens spécifiques fortement partagés pour réaliser cette étude, en d’autres termes du contenu déjà populaire. Voilà les deux points forts que relève le directeur du site, Steve Rayson :

« Nous avons choisi un échantillon de 750 000 publications massivement partagées, et avons constaté qu’en réalité, 50% d’entre elles ne possédaient aucun lien retour. Cela suggère donc que, même si du contenu a été fortement partagé sur les réseaux sociaux, cela n’influence en rien la création de liens vers celui-ci. À travers notre échantillon d’un million de publications, aucune corrélation n’a été remarquée entre les partages et les liens. Cela signifie que les internautes qui partagent des articles, et ceux qui créent des liens n’ont pas les mêmes motivations. Cette corrélation entre le nombre total de partages et le nombre total de liens générés pour les 750 000 articles est de 0,021. »

Cette étude renforce l’opinion personnelle d’Andrew Dennis, notre chroniqueur du jour : l’obtention de liens nécessite une stratégie adaptée à une audience particulière. Les liens n’apparaissent pas par accident, et vous ne pourrez obtenir de liens que vous méritez sans faire des efforts de promotion.

Les résultats montrent bien que, même si certains contenus sont partagés massivement sur les médias sociaux, cela ne se traduit pas en liens retour. Créer du contenu puissant fait partie intégrante du digital marketing.

Obtenir des liens nécessite des efforts manuels et de la promotion

Sans promotion manuelle, vous laissez passer d’importantes opportunités marketing. En effet, les liens représentent des signaux de référencement pertinents pour l’algorithme de Google, qui peuvent vous permettre de bénéficier d’un bon classement dans les SERPs. Si vous ne bénéficiez pas de liens retour, vous perdez donc en visibilité. De plus, les liens offrent une valeur marketing au delà du SEO, notamment :

  • La création de nouvelles relations et connexions en ligne,
  • L’accès à une nouvelle audience et à une nouvelle communauté,
  • L’image de marque (la confiance et l’autorité dans un domaine donné),
  • Un meilleur accès à votre site web,
  • Un meilleur trafic.

En ligne, les liens sont d’une importance capitale, et passer à côté d’une opportunité signifie la perte de valeur en terme de marketing. Vous pouvez obtenir certains liens sans aucun effort particulier, mais ceux-ci ne sont pas nombreux. Pour profiter de tous les avantages des liens retour disponibles, vous devez instaurer une stratégie. Le vrai link building ne peut pas être automatisé, puisqu’il nécessite en réalité :

  • De la créativité,
  • Une stratégie de promotion,
  • Un fort pouvoir de persuasion,
  • Une interaction d’humain à humain,
  • Un savoir-faire et des connaissances en matière de marketing,
  • La recherche d’une audience,
  • Un esprit critique,
  • De la pertinence,
  • La création de relations.

Les vrais liens nécessitent une promotion manuelle, ainsi que des efforts de chaque instant. Ceux-ci sont générés par des humains, pour les humains. Ce sont ces liens que Google apprécie et récompense.

En raison de leur valeur, les liens devraient représenter une partie d’un cycle marketing. S’il est nécessaire pour vous de vous faire connaître sur le web, vous aurez besoin de liens organiques. En effet, les internautes utilisent des liens pour naviguer sur Internet, et cela ne changera pas en 2016, ni même dans les années futures.