Comprendre le cocon sémantique

30 Sep, 2015 0 commentaires

Pour comprendre la théorie du cocon sémantique, il faut tout d’abord comprendre le fonctionnement de Google, en terme de référencement. Aujourd’hui, le moteur de recherche ne pense plus en terme de mots-clés (même si ceux-ci ont toujours leur importance), mais en terme de thématique, en se basant sur les requêtes formulées par les utilisateurs. Le travail du référenceur se base alors sur la recherche sémantique. Il doit construire ses pages, de manière à ce que le sujet abordé soit immédiatement identifiable.

Dans cet article, nous allons essayer de comprendre comment intervient le cocon sémantique, et quelle place il occupe dans une stratégie SEO.

La théorie du cocon sémantique

La théorie du cocon sémantique a été développée par Laurent Bourelly, consultant SEO, que nous pourrions résumer ainsi : cette théorie se base sur l’analyse sémantique d’un site web, et la rédaction de pages complémentaires, proposant du contenu proche de la page principale, reliées grâce au maillage interne. Le cocon sémantique prévoit une hiérarchisation de thématiques, afin de correspondre aux requêtes des utilisateurs. À partir d’un sujet principal, le référenceur définira d’autres thématiques correspondantes, qui feront l’objet d’articles.

Avant de se lancer, il faut avant tout s’assurer que les pages d’un site soient optimisées (et non suroptimisées) pour le référencement.

Application du cocon sémantique

Première étape : la définition des mots-clés.

Puisque la théorie du cocon sémantique se base sur une recherche de thématiques, il faudra commencer par établir les requêtes porteuses de trafic, et se poser les questions suivantes : « Qu’ai-je envie de mettre en avant ? », « Quelles sont les mots-clés utilisés par les utilisateurs pour trouver nos services ? ». Dans un premier temps, cette démarche vous permettra de définir une ligne éditoriale solide. Cela vous aidera également à établir une liste de mots-clés, qui serviront à la seconde étape.

Deuxième étape : des mots-clés aux thématiques.

Il faudra ensuite regrouper les mots-clés en thématiques, divisées en sous-catégories, jusqu’à obtenir un plan précis de votre site.

Pour vous aider dans cette démarche, un outil de mindmapping s’avère être très utile, notamment pour mettre à plat vos idées et les appréhender de manière visuelle. Une fois le plan obtenu, c’est le moment de passer à la pratique. La troisième étape consiste à établir le maillage interne du site.

Dernière étape : De la théorie à la pratique, la contextualisation des liens.

Laurent Bourelly propose un modèle de maillage interne, spécifique au cocon sémantique. Chaque article devra comprendre un lien vers la page mère, de préférence en haut de la page. Ensuite, les paragraphes devront contenir des liens vers une sous-catégorie de la thématique abordée dans l’article. Enfin, le bas de page devra présenter des liens vers les pages identiques (thématiques, sous-catégories…).

Cependant, le cocon sémantique n’est pas si simple à mettre en place qu’il n’y paraît. Cette théorie sera facilement mise en pratique, pour la création de nouveaux sites par exemple. Pour des sites déjà fournis en contenu et en articles, la tâche s’avère moins aisée, puisqu’il faudra redéfinir chaque thématique, et recréer le maillage interne.