Le choix du ou des noms de domaine

2 Feb, 2011 2 commentaires

Le choix d’un nom de domaine est un élément primordial de la démarche de création d’un site web au même titre que le choix de la marque pour un nouveau produit. Il va en effet influencer la mémorisation de l’adresse du site, son accessibilité et éventuellement son positionnement dans les annuaires.

Dans une optique de réservation stratégique, le choix d’un nom de domaine devra souvent précéder la démarche de création du site proprement dite.

La politique de nom de domaine va englober le choix du ou des noms de domaines au sens strict mais également celui des suffixes (extensions) utilisés.

Le choix du nom de domaine

Deux cas de figure sont à envisager, soit l’entreprise a déjà une existence avant sa venue sur Internet, soit il s’agit d’une création d’activité nouvelle sur le web.

Le choix du nom pour une marque ou société préexistante

L’entreprise possédant déjà un capital marque va tenter logiquement de profiter de sa notoriété en conservant son appellation.

Il est ainsi logique pour l’entreprise de vouloir simplement réutiliser son nom ou ses marques sous un ou plusieurs suffixes. C’est le cas le plus souvent rencontré (fnac.fr, peugeot.fr, decathlon.fr, ..).

Les internautes ont tendance à essayer intuitivement des adresses liées au nom de l’entreprise. Chaqe jour 10 000 visiteurs arrivent par erreur sur le site Delta.com en pensant se rendre sur le site de la compagnie aérienne Delta Airlines.

Dans certains cas, la transition ne pourra pas être si simple.

Pour éviter une frappe au clavier fastidieuse et les risques d’erreurs qui y sont liés, une société dont le nom est long va devoir trouver une solution.

Le raccourci utilisé devra si possible pouvoir être intuitivement lié à la marque ou à la dénomination sociale. Il faut noter que l’utilisation d’un raccourci supprime normalement l’accès au domaine .fr.

La Compagnie des voyages a du ainsi se rabattre sur lcdv.com alors Les Galeries Lafayettes disposent de Galerieslafayette.com mais aussi en raccourci de glparis.com.

Ces deux exemples illustrent bien la difficulté à trouver un nom de transition satisfaisant, libre et plus ou moins intuitif.

Les noms composés posent également un problème car un nom de domaine ne peut comprendre d’espace. Les deux noms doivent alors être soit accolés (renedhery.fr) soit séparés par un tiret (charles-jourdan.fr). Il semble que la tendance soit plutôt au tiret et qu’il puisse devenir un réflexe pour l’internaute.

La création ex nihilo

Il s’agit ici du cas de la start up Internet ou du lancement d’une nouvelle activité liée à Internet. L’entreprise bénéficie dans ce cas d’une plus grande liberté de choix et va pouvoir prendre en compte dès le départ les qualités nécessaires d’un nom de domaine. La réflexion sur le nom de domaine devra être un préalable au choix d’une dénomination sociale ou d’un dépôt de marque à l’INPI (institut national de la propriété industrielle). L’entrepreneur ambitieux devra même réserver son nom de domaine en .com avant de déposer sa marque ou dénomination sans oublier de s’assurer de sa disponibilité sous le domaine .fr.

Les qualités d’un nom de domaine vont reprendre en partie celles nécessaires à une marque avec cependant des particularités . Un nom de domaine devra donc entre autres :

– être court ( mémorisation et frappe au clavier)

– être si possible évocateur du service ou de l’univers (ex: business-village)

– être non ambigu au niveau de l’orthographe (erreurs de frappe)

– favoriser une apparition en tête de liste sur les annuaires (ex: abc-netmarketing)

– adaptable au niveau phonique et orthographique à l’international

La multiplication stratégique des noms de domaine

Dans un certain nombre de cas, l’entreprise aura tout intérêt à multiplier les noms de domaines.

La couverture des marques

L’entreprise disposant de marques fortes doit leurs affecter des noms de domaines spécifiques ou des déclinaisons sous forme de sous domaines qui ne nécessitent pas de nouveaux dépôts mais seulement une mise en place interne. Peugeot a ainsi déposé et décliné entre autres :

www.Peugeot.fr http://mondial.peugeot.com http://106.peugeot.com http://206.peugeot.com http://406.peugeot.com http://806.peugeot.com http://www.prost-peugeot.com

Cette démarche indispensable sera d’autant plus nécessaire pour l’entreprise dont la dénomination est moins connue que celles de ses marques. C’est le choix opéré par Goto (Memoweb, Webearly, Tennis Elbow) qui a réalisé 3 millions de CA en ligne en 1998.

Cette création de sites mono-produit permet également de simplifier la navigation et la commande en allégeant le site. Il faut noter que les marques peuvent être déposées également sous le domaine tm.fr.

La prévention des erreurs

Le but est de faciliter l’accès des internautes en prévenant les fautes d’orthographe ou de frappe. Cette technique n’est pas réellement nouvelle car des entreprises l’ont déjà utilisée pour les services Minitel.

En application de ce principe Dégriftour a donc déposé : – degriftour.com – degriftours.com – degrifftour.com – degrifftours.com

La protection

La multiplication des noms déposés est également un moyen de se protéger des détournements ou du parasitisme commercial.

Certaines entreprises auraient du y penser un peu plus tôt.

A l’automne 98, le site Credit-lyonnais.com hébergeait des jeunes filles charmantes et peu vêtues qui (hélas) ne travaillaient pas aux guichets de la banque française (source: liste droit net). Le nom de domaine a été depuis racheté par la banque. Liszt est le plus grand annuaire US recensant les listes de diffusion. Son nom de domaine est liszt.com .Un de ses concurrents Sparklist a déposé le site listz.com avec renvoi automatique sur sparklist.com . On peut également citer altavitsa.com et exite.com qui n’ont rien à voir avec les sites altavista.com et excite.com .

La multiplication des extensions (suffixes)

Dans la mesure du possible, pour chaque nom de domaine le dépôt devra être au moins doublé avec un suffixe francophone (.fr ou tm.fr) et au moins le suffixe .com.

Selon une étude du Benchmark Group de 1998 seulement 11,5 % des sites français crées par les grandes entreprises françaises ont été déposés sous les deux suffixes.

Comme pour le nom proprement dit, la multiplication des suffixes va permettre de faciliter l’accès au site et de se protéger des concurrents éventuels.

Le dépôt en .com est particulièrement recommandé pour les marques qui ne peuvent être enregistrées qu’en tm.fr auprès de l’AFNIC. En effet, l’utilisateur français a probablement beaucoup moins le réflexe du suffixe tm.fr que celui .com. Il est à noter à ce sujet que France Telecom a “filialisé” son portail Voila pour avoir droit au nom de domaine Voila.fr.

Une société qui veut utiliser son site à des fins d’exportation doit dans la mesure du possible déposer son nom de domaine avec les suffixes correspondants aux marchés étrangers visés.

Astuces

Certaines sociétés utilisent des extensions liées à des pays étrangers uniquement pour leur correspondances avec un acronyme reconnu de tous. Les stations de radio NRJ et Cherie utilisent ainsi l’extension de la Fédération de Micronesie pour avoir un nom comme nrj.fm et cherie.fm.

L’achat d’un nom de domaine

Les noms de domaine basés sur des suffixes internationaux font l’objet de dépôts spéculatifs par des individus ou sociétés qui ne les déposent que pour les revendre. Cette activité est surtout pratiquée sur l’extension .com.

Les noms avec suffixe national peuvent également faire l’objet de transactions entre différents titulaires d’une même dénomination sociale.

Il convient de noter que la multiplication des noms de domaines et des suffixes utilisés n’entraîne évidemment pas une multiplications des serveurs ou sites. Les divers noms utilisés pointent souvent sur un site unique.

Le coût de cette multiplication est donc relativement modeste pour une entreprise de taille moyenne aux regards des avantages qu’elle procure et des problèmes évités.

Bertrand Bathelot

Bertrand Bathelot est professeur agrégé d’économie-gestion option marketing à l’IUT et au CNAM d’Amiens. Il est également l’auteur du site Abc Net-Marketing

Vous aimez cet article, soyez le premier de vos amis à indiquer que vous aimez ça:

Mots-clefs:

L'auteur:

Responsable éditorial du site Marketing Internet

  • http://twitter.com/WorkOrderAvenue WorkOrderAvenue.com

    Merci pour ce très bon texte.
    Pointeuse

  • http://twitter.com/WorkOrderAvenue WorkOrderAvenue.com

    Si notre produit ou service s’adresse autant aux clients de langue anglaise que francaise, il est préférable d’avoir un nom de domaine anglais comme par exemple WorkOrderAvenue.com pour un logiciel de SAV